TOP
Sarah McBride, première sénatrice ouvertement transgenre des Etats-Unis

Sarah McBride, première sénatrice ouvertement transgenre des États-Unis

La candidate démocrate Sarah McBride en remportant 73 % des voix a largement battu le candidat républicain Steve Washington dans le Delaware mardi 3 novembre.

Sarah McBride, première sénatrice ouvertement transgenre des Etats-Unis
Photo : Paul Sancya/AP

Elle devient ainsi la première personne transgenre à être élue au Sénat américain.

J’espère que cette soirée montrera aux enfants LGBTQ que notre démocratie est assez grande pour eux aussi.

a tweeté Sarah McBride après l’annonce des résultats.

Âgée de 30 ans, Sarah McBride est originaire de Wilmington, le fief du candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden. Elle a travaillé avec son fils, Beau, quand il était procureur général de l’État et à la Maison-Blanche sous le mandat de Barack Obama. 

Depuis 2013, elle milite contre les discriminations de genre dans la législation du Delaware. Elle est actuellement porte-parole de la campagne pour les droits humains (HRC), la principale organisation de défense des droits des LGBTQ aux États-Unis.

Sarah McBride était déjà entrée dans l’histoire en 2016 lorsqu’elle s’était adressée à la Convention nationale démocrate en tant qu’attachée de presse nationale pour la Campagne des droits de l’homme, faisant d’elle la première personne ouvertement transgenre à prendre la parole lors d’une grande convention partisane aux États-Unis.

Un exemple pour les jeunes

« Je me suis engagée très tôt dans la politique, mais l’idée qu’une personne comme moi puisse se présenter aux élections semblait tellement impossible que c’était difficile à comprendre », explique la candidate dans une entrevue à Refinery29.

« Il y a évidemment encore beaucoup de travail à faire pour changer les mentalités, il y a encore beaucoup de travail à faire pour créer un monde où les personnes transgenres racisées sont particulièrement à l’abri de la violence. 

Le vieux dicton dit : “On ne peut pas être ce qu’on ne voit pas”, et la réalité est que quand une personne transgenre est élue et peut servir dans un organe législatif à n’importe quel niveau, il y aura un jeune enfant qui se bat avec son identité et qui essaie de trouver sa place dans ce monde, qui se couchera ce soir-là et qui saura que peu importe les insultes dont il a fait l’objet dans la cour de récréation ou à l’école, notre démocratie est assez large pour l’accueillir. Cela peut être un message salvateur, un message qui peut changer une vie, et au minimum un message d’affirmation de la vie.

On ne peut pas avoir un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, si tout le peuple n’est pas représenté. La diversité au sein du gouvernement n’est pas un luxe, c’est une composante essentielle d’une démocratie saine. »

À lire également : Transgender Candidates Make Election History

Étudiante en journalisme à l’Université du Québec à Montréal, franco-argentine ayant grandi en Turquie je suis passionnée de géopolitique internationale. Sinon je suis phobique des agrumes, en particulier des citrons.