TOP
Palais du Parlement à Bucarest

La Roumanie interdit les études de genre

Le parlement roumain a interdit, mardi 16 juin dans le cadre d’une loi sur l’éducation nationale, les études de genre à l’école et l’université.

Soumise par Vasile Cristian Lungu, sénateur de centre droit la loi stipule que « sont interdites les activités propageant la théorie ou des opinions sur l’identité de genre en vertu desquelles le genre est un concept différent du sexe biologique et les deux ne sont pas toujours identiques «  votée par 81 voix pour, 22 contre et 27 abstentions, elle marque le ton  pour la campagne électorale des législatives de l’automne prochain.

Selon le sénateur conservateur « Si on dit à un enfant que la Terre est plate, il va le croire. Si on dit à un enfant qu’il peut se sentir comme une fille malgré sa biologie et son sexe masculin, il peut le croire et revendiquer une identité féminine. » Apres avoir a forgé ses opinions fermes aux États Unis de 2001 à 2016 auprès des milieux religieux et conservateurs, Vasile Cristian Lungu a etudier la théologie avant de s’engager en politique.

Palais du Parlement à Bucarest
Palais du Parlement à Bucarest – Photo Pixabay

Après la Hongrie, la Roumanie

 « La Roumanie s’aligne sur des positions promues par la Hongrie et la Pologne, devenant un régime qui introduit la police de la pensée », s’est insurgé le sénateur de centre droit et professeur à l’Université de Bucarest Vlad Alexandrescu. En quelques heures une pétition lancée par des ONG et des associations d’étudiants a collecté plus de 16 000 signatures pour exhorter le président Klaus Iohannis à ne pas promulguer une loi qui « renverrait l’éducation en Roumanie au Moyen Âge ».

« Nous sommes stupéfaits (…) qu’une théorie académique puisse être interdite par la loi » , a indiqué dans un communiqué l’université Babeș-Bolyai (UBB) de Cluj-Napoca, la deuxième plus grande du pays.

Récemment les élus avaient refusé d’introduire des cours d’éducation sexuelle dans les écoles. En 2018 c’est la Hongrie qui interdisait les études de genres. Le 19 mai, le pays poursuivait ses politiques transphobes en interdisant l’inscription du changement de sexe à l’état civil et la reconnaissance juridique de l’identité de genre des personnes transgenres, malgré de nombreuses protestations internationales.

 Importance des études de genre 

Les études de genres, ou gender studies, développées dans les années 1970 sous le nom de Women’s Studies,  « partent du postulat que le sexe n’est pas seulement biologique, mais qu’il est aussi surtout un phénomène social ». Elles n’étudient pas spécifiquement « les femmes » mais les deux sexes et les rapports qu’ils entretiennent » selon un rapport de l’emfor 

Prenant en compte l’évolution des questionnements entourant les problématiques de genre, les programmes, départements et centres de recherche consacrés à ce domaine ont progressivement abandonné l’appellation Women’s Studies à partir de la fin des années quatre-vingt-dix. Certains se sont appelés Gender Studies, d’autres Transnational Feminist Studies, d’autres encore Feminist, Gender and Sexuality Studies.

Étudiante en journalisme à l’Université du Québec à Montréal, franco-argentine ayant grandi en Turquie je suis passionnée de géopolitique internationale. Sinon je suis phobique des agrumes, en particulier des citrons.