TOP
Masques Covid-19 non-conformes : illustration par Emma Kraemer

Des masques « conformes » mais non-conformes aux femmes

« T’as ton masque ? », cette phrase que vous ne pensiez jamais prononcer (hormis avant une soirée déguisée) s’est imposée très soudainement dans notre quotidien. C’est un peu le credo du « monde d’après » : masque oublié, masque cousu main, masque chiffonné au fond du sac. Désormais, on le cherche anxieusement dans son totebag. La Sainte Trinité (clé, portable, portefeuille) accueille un nouvel arrivant : le masque, mais attention le masque « conforme » s’il vous plaît !

Vous êtes priées d’être dans la norme… pardon d’être un homme

Depuis la mise en vente des masques (chez votre pharmacien, votre couturier, votre bar-tabac, votre tante…), le constat est sans appel : les masques « standards » qui se veulent « unisexe » ne le sont pas vraiment.

Masques Covid-19 non-conformes : illustration par Emma Kraemer
Illustration par Emma Kraemer – Studio du bonheur

Comme le remarque Louise Audry, journaliste chez Numerama : « même quand il existe une version small, tout est basé sur le standard masculin ». C’est pour cela que, lorsque vous sortez toute masque vêtue, vous sentez sûrement que le masque n’adhère pas à votre peau, il est un peu lâche. 

Louise Audry s’appuie sur le travail de Caroline Criado Perez qui, dans son ouvrage Invisible Women, indique que 74% des équipements de protection sont conçus pour les hommes. Cette statistique s’applique bien entendu aux blouses, aux lunettes de laboratoires, etc.

Fashion danger

Le problème, c’est que porter un masque trop grand n’est pas seulement inconfortable, c’est tout à fait dangereux. « Les équipements mal ajustés entravent le travail des femmes et peuvent, ironiquement, parfois être eux-mêmes un danger pour leur sécurité. » (Caroline Criado Perez, Invisible Women). C’est d’autant plus dramatique que, comme le rapporte cet article de Madmoizelle : « les femmes travaillant à des postes en première ligne face à l’épidémie sont surreprésentées : 9 personnes sur 10 travaillant aux caisses sont par exemple des femmes, et 9 aides-soignants sur 10 sont en fait des aides-soignantes. ».

La charge masquée

Mais l’injustice ne s’arrête pas là ! Selon un article de Femme Actuelle, il semblerait que les hommes soient moins nombreux que les femmes à porter leurs masques. 

Donc je résume juste pour le plaisir : les masques sont conçus pour les hommes alors que ce sont les femmes qui sont les plus exposées, mais les hommes portent tout de même moins les masques – faits pour eux – que les femmes. Si tu ressens un énervement monter en toi, c’est normal.

Apparemment, les hommes portent moins leur masque car ils ressentent des « émotions négatives ». Un peu à l’instar de la pilule masculine qui n’est pas commercialisée car les hommes qui l’ont testée ont ressenti « des petits coups de blues » et ont expérimenté une prise de poids (ça vous rappelle quelque chose ?), le masque ne remporte pas un grand succès chez nos amis du genre masculin.

Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université Middlesex (Royaume-Uni) et de l’université Berkeley (Etats-Unis), il y aurait deux raisons qui expliqueraient que les hommes portent moins leurs masques.

La première : les hommes se sentent moins vulnérables face à la maladie. Comme vous le savez, cette idée est parfaitement fausse puisque le taux de mortalité de la Covid est plus important chez les hommes que chez les femmes. 

La seconde (encore moins convaincante) : les hommes trouveraient que les masques sont « honteux », « pas cool » ou représentent « un signe de faiblesse ». L’article de Femme Actuelle se clôt sur ce constat de Matt Englar-Carlson, directeur du Center for Boys and Men de l’université d’État de Californie à Fullerton (Etats-Unis) : « Des décennies de recherche sur la santé des hommes ont montré des disparités entre les hommes et les femmes dans les comportements de santé (…) Ces disparités existent autour des mesures de santé préventives telles que les auto-examens, le port du casque à vélo, l’utilisation de la crème solaire, l’utilisation de la ceinture de sécurité (… ) Les hommes ont tendance à adopter des comportements plus à risque. Ne pas porter de masque ou minimiser le risque de Covid-19 est un risque sanitaire considérable ».

Haut les masques les filles !

Préfète auto-proclamée de Slytherpuff depuis 92